· 

Ce que l’orthographe dit de vous dans votre CV

 

Une étude en sciences de gestion vient d’être menée pour comprendre l’effet des fautes d’orthographe au sens large (fautes lexicales, grammaticales et fautes de frappe) sur les perceptions des recruteurs.

 

536 recruteurs ont ainsi été confrontés à des candidatures à un poste commercial comportant plus ou moins de fautes d’orthographe. Les conclusions sont sans appel :

 

  • les fautes génèrent un doute de la part des recruteurs quant à l’intelligence , les compétences professionnelles mais aussi le savoir être des candidats.
    Les recruteurs attribuent des défauts comme le manque de politesse, de respect, de rigueur, le laxisme et la négligence aux candidats faisant des fautes.

  • La dimension culturelle est également importante : pour les recruteurs, l’orthographe est un marqueur culturel du contexte socio-économique du candidat (famille, milieu social)

  • Les risques de rejet d’une candidature comportant des fautes sont 3,1 fois supérieures aux risques de rejet d’une candidature sans fautes.
    Une candidature expérimentée avec des fautes présente un taux de rejet comparable à celui d’une candidature peu expérimentée mais sans fautes !

  • Toutes les fautes ne se valent pas : les fautes de frappe sont mieux tolérées que les fautes d’orthographe
    Les fautes de frappe ne révèlent « qu’ » un manque d’attention mais leur fréquence peut être préjudiciable.
    Les fautes lexicales ou de grammaire sont beaucoup moins tolérées car elles révèlent davantage un manque d’intelligence ou de culture.

 

Finalement, ce que nous dit cette étude c’est que les fautes d’orthographes constituent bien une « barrière à l’entrée » pour les candidats car elles signifient pour le recruteur une difficulté, voire une impossibilité de se conformer à une norme : un salarié commettant des fautes ne saurait pas se situer face à son destinataire, ce qui serait préjudiciable à l’organisation quand il s’agit de postes à forte interaction sociale.

 

Reste à savoir si l’intégration progressive de diplômés peu compétents en orthographe ne va pas faire disparaître petit à petit cette perception de non qualité.

 

La forte médiatisation de cette question, la multiplication des initiatives dans les entreprises et les organismes de formation et le développement des certifications (Voltaire notamment) tendraient à prouver le contraire.

 

On peut même imaginer qu’à terme, la compétence orthographique devienne une qualité hautement distinctive, tant elle sera devenu rare chez les candidats !

 

 

Source : theonversation.com

 

 

Dans une interview à LCI, Stéphane Béchaux insiste sur l’importance de l’orthographe dans un CV, et plus généralement dans un processus de recrutement :

 

Relayant l’étude ci-dessus ainsi que les résultats d’une thèse en sciences sociales, Stéphane Béchaux conseille d’être très attentif à ce sujet pour ne pas voir sa candidature rejetée. Manque de rigueur, défaut de culture générale, manque de respect sont les principaux défauts révélés par les fautes.

 

Et plus le candidat est âgé, moins le recruteur est tolérant.

 

A noter aussi que l’attention doit être portée sur la lettre et le CV bien sûr, mais aussi de manière générale sur tous les écrits entrant dans le processus de recrutement : e-mail ou messages sur les réseaux sociaux.

 

Source : LCI

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0